mardi 26 août 2014

Panic de Lauren Oliver


Résumé 

« Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n’y aura qu’un seul vainqueur. » Carp, une petite ville minable de l’État de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à « Panic », une succession d’épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L’enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heather entre dans la compétition par dépit amoureux, Elle pourrait, si elle gagne, quitter le mobile-home sordide où elle vit avec une mère paumée et droguée, et emmener avec elle sa sœur, Lily. Dodge, lui, a une autre raison de participer au Jeu de la Peur : venger sa sœur, qui a fini dans un fauteuil roulant, après une épreuve d’une précédente session de Panic. Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.(Livraddict)




Mon avis

A la base je ne voulais lire Panic uniquement pour l'auteur, celui de Delirium qui m'avait laissé une forte. Cependant...

Commençons au début, Panic est un jeu, un jeu avec des juges mais pas de règles, un jeu avec des lycéens, un jeu dangereux basé sur ... LA PEUR. Le but étant par différentes épreuves de repousser sa peur pour vaincre. Je trouvais le concept intéressant, des milliers de choses aurait pu être fait, on aurait pu en frissonner pendant des mois ! Mais non. Ce livre sous titré "Le jeu de la peur" ne m'a pas fait frissonné une seule seconde ou paniqué pour les personnages. Donc : Raté.

On a deux protagonistes dans cette histoire qui se renvoie le récit au cours des chapitre : Heather, une fille triste et déprimante. On me demanderait de décrire une vie pourrie je vous la donnerai dans le mille. Je ne vais pas trop vous la résumer étant donné que je ne sais plus trop ce qui est dit dès le début ou ce qui ne l'est pas, mais voilà Heather est déprimante, déprimée et un peu nunuche avouons le. Cependant, elle a une sacrée force de caractère.
Le second est Dodge, un mec bancal et banal. Le genre de type qu'on a toute eu dans notre lycée : Je parle à personne, je suis personne mais je me révèle pouvoir être sympa quand on a plus le temps de se connaitre. Lui aussi a une vie triste, une histoire triste et il est déprimant.

On suit donc nos deux personnages tristes à travers les épreuves ou ils sont accompagnés par leurs potes tout aussi triste. On les suit dans leur vie triste et euh ... Bah voilà. Toutes les intrigues qu'a voulu instaurer Lauren Oliver dans l'histoire sont tellement peu caché qu'on le comprend sans ses indices au bout de 8pages et demi, on se doute déjà de la fin en quelques secondes et ... Je sais même pas quoi vous dire.

En fait, pour faire court : Ce roman est à classifier dans les moyens.
Je lui ai mis 13 parce que... Et bien il était sympa à lire, assez rapide et l'idée de base était intéressante mais elle a été très mal utilisé.
 Disons donc que je ne vous le conseille pas vraiment, si vous voulez le lire ce ne sera pas une totale perte de temps, ce sera divertissant, mais il y a tellement mieux à lire !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire