jeudi 25 juin 2015

Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1 : Etiquette & Espionnage de Gail Carriger



Résumé 

C’est une chose que d’apprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à faire une révérence en lançant un couteau. Bienvenue au Pensionnat de Melle Géraldine. Angleterre, début du 19e siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre môman : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mrs Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady… aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Melle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de Qualité. Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.


__________________________________________

Ma note : 7/10
__________________________________________

Mon avis 

J'ai eu le plaisir de lire le premier tome de cette saga en Lecture Commune avec Louve du blog Les Victimes de Louve, donc n'hésitez plus, allez découvrir son avis ! 

Dans ce roman on découvre Sophronia, prénom qui ne s'invente pas ! C'est une jeune fille un peu trop casse-cou et indépendante au goût de sa mère, de ce fait cette dernière l'envoie dans un pensionnat, le Pensionnat de Mlle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de Qualité, où elle apprendra à faire la révérences, à assortir ses tenues, à danser, à parler convenablement etc... Mais ce n'est pas tout, elle découvrira bien assez vite qu'on les forme aussi pour être des espionnes ! 
Si tout c'était arrêté à ça, ça aurait déjà fait un bien belle histoire mais voilà, lorsque Monique est venue chercher Sophronia chez elle, elle était en possession d'un objet, un objet très précieux qu'elle a caché avant de rentrer au pensionnat mais cet objet doit être retrouvée même si cette dernière ne veut absolument pas dévoiler ses secrets ! 

D'abord, je dois vous dire que j'ai été surprise par l'univers crée par Gail Carriger, je m'attendais à du SteamPunk pur et dur et bien qu'il soit présent et plutôt beaucoup utilisé, on est aussi dans un univers de Bit-Lit on trouvera des Vampires et des Loups Garous ce qui m'a un peu déçue je dois l'avouer. 
J'ai adoré le côté SteamPunk, les machines qui protègent l'institut ou le chien de Sophronia, ils étaient superbes et on on ne peut plus à leur place. 
L'univers imaginé ici été très bien, j'ai adoré le pensionnat imaginé par Carriger, on se sent totalement immergé dans ce bâtiment qui va si bien à ses enseignements et ses professeurs si particuliers.
J'ai adoré les cours au pensionnat, c'était très divertissant, bien imaginé et bien mise en place par l'auteur, on s'y croyait et on adorait ça. J'aurais vraiment voulu être à leur place, apprendre avec elle à utiliser les subterfuges, les éventails comme des armes ou les combats au couteaux comme les Ladies, même leurs cours de Maths faisaient envie !  
On se laisse donc happer par le caractère vieillot mais aristocratique qui s'en dégage, on suit avec animation le voyage et l'apprentissage de Sophronia. 

Sophronia est un personnage que j'ai adoré, son caractère hors du commun à cet époque, le fait qu'elle sorte des sentiers battus, qu'elle ait une moralité qui la pousse à aider les autres meme lorsque c'est contre ses intérêts et la manière dont elle évolue pour devenir une dame et une espionne tout en restant elle même, têtue et casse-cou, je l'envie.  

Les autres personnages ne m'ont pas vraiment plu, je les ai trouvé trop plat, pas assez mis en avant par rapport à l'histoire et quelques fois simplement utilisés pour mettre en avant les qualités de Sophronia qu'eux n'avaient pas.
Par contre, ils ont chacun une histoire propre et plutôt intéressante entre Dimity la fille de génies du mal qui ne veut qu'être une Lady et faire un bon mariage ou Monique la grande pimbêche recalée que tout le monde admire sauf notre petite bande ou alors la fille très masculine qui vient d'une meute de loup garou, bref, on a beaucoup de caractères différents qui finiront par s'entendre parce qu'ils ont besoin des uns et des autres.

Je découvrais ici Gail Carriger, n'ayant jamais lu sa Saga "Le protectorat de l'ombrelle" et j'ai trouvé que sa plume avait un humour grinçant que j'ai beaucoup apprécié, elle manque cependant d'un peu de finesse dans certains passages mais je pense qu'il s'agit plus d'un élément venant du fait que ce soit un roman jeunesse.

Bref, un roman que j'ai apprécié surtout pour les leçons du pensionnat, avec des personnages attachants et haut en couleur ainsi qu'un univers steampunk très intéressant, cependant un peu pollué par les vampires et les loups garous que je ne m'attendais pas à trouver ici. Je l'ai donc dévoré et plutôt bien aimé,  même si quelque chose clochait, je ne sais pas vraiment dire quoi, surement à cause d'une lenteur dû à un tome introductif. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire